Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

juste pour Le plaisir du partage

juste pour Le plaisir du partage

je partage avec vous les meilleures recettes astuces et autres trouvées sur YouTube et ailleurs


Paroles "sobhane ellah ya ltif" du legendair "El Hadj mohamed El Anka"

Publié par sou sur 12 Mars 2010, 00:24am

Catégories : #divers

Paroles El Hadj Mohamed El Anka

 Sobhane Allah Ya Lâtif

Louanges à Dieu la bonté même

زغلول لطيف يا عريف * نحكي لك و افهم * في سن الورد و الزهر باهي الأوصاف
مغرور بريشه الظريف * ماجي متخاصم * سل سيفه قال لي عندي خلاف
أوقف إذا أنت شريف * من أهل الخاتم * وري لي وين وصلاتك قوة الأكتاف
جاوبت أنا وقلت كيف * ماجي تتكلم * بكلام الغيظ واش هذا الغضبة و زعاف
ما هيشي جابها النيف * كي جيت محزم * هذي غيرة مرزمة و حسودي بزاف
ضنيتك صاحبي حليف * بي تتزعم * و ترن هقيت لي مطامر تدي للكاف
حتى و إذا أنت سخيف * من حقك تحشم * تعرفني قاطع البحور جايل الأرياف
عساك أنت اللي قصيف * للدنيا قادم * مثلك ما عاش ما زهى أش اللي شاف
اللي زغلول ما ينيف * ورشان معلم * قادر يرحيه في حروف ألها لام و كاف
مرقوم الريش يا رهيف * أرجع لا تندم * عندك منقار ما يحارب و جناح ضعاف
أترك الحديث العنيف * ما هوش موالم * أترك عليك لغة الغتبة و التشناف
يا ذا الزغلول يا نحيف * أرجع للمرسم * و اللي بعتوك قول لهم ما همش ظراف

سبحان الله يا لطيف * أنت اللي تعلم * كاين شي ناس من استحاهم يقولوا خاف
حاسبين كل شي خطيف * غير أجي و زضم * و اللي يبقى مع التوال يقولوا زحاف


كاين اللي يجي بسيف * يبدأ يتزعم * و يقول أنا غير أنا ما كان خلاف
خصوص إذا أنت سعيف * تسكت و تسلم * ترجع في حينها حلاسة و إلا نشاف
كاين اللي يجي تقيف * يعرف يتكلم * بالكتوب و الرسول و السادات الأشراف
يخدعك غير بالحليف * يقسم و يعظم * و السبحة راه من وراها عامل زرناف
كاين اللي يجي لهيف * بنيابه يهضم * ما رواته ميات صحفة و ألف غراف
يبغي كرسي من الصديف * و كنوز العالم * اللويز و الماس و الفضاضي من كل أصناف
كاين اللي يجيك ضيف * بالقش مرزم * في يوم البرد و الشتا و الريح الزفزاف
فاتت الأمطار و الخريف * ما زال مرسم * يرجع هو مول دارك و أنت جحراف
كاين اللي يجيك عفيف * ما زاله يحلم * ذقنه ما زال ما عرف موس الحفاف
يرجع ضربان لا تصيف * زقطي متشلغم * باعك و شراك في دقيقة عند الحراف

سبحان الله يا لطيف * أنت اللي تعلم * كاين شي ناس من استحاهم يقولوا خاف
حاسبين كل شي خطيف * غير أجي و زضم * و اللي يبقى مع التوال يقولوا زحاف

لحمام إذا نسى الولفة * من بعد الحب و الشغاف
خلاني في الأحزان و جفى * من دون دواس لا خلاف
هذا تحقيق به شوفة * شكيت داروا له الثقاف
الباز إذا غاب صدفة * يهجر و يروح للتلاف
خلاها خالية الغرفة * من ذاك اليوم ما أنشاف
ضنيته صاحبي و يشفا * و ترن ثعبان في الاجواف
عيب عليكم عار كشفة * يا أهل بلادي يا سخاف
درتوها مرتبة و حرفة * نكرتوا الخير و الصناف
سومتكم ما سوات علفة * في سوق السبت و الجياف
ما هي صحبة و لا معرفة * ما هي نسبة و لا حلاف
كيفاش القلب عاد يصفى * كي قطعتوه بالاطراف
من يتبعكم راح في الفا * و الرا المسبقة بقاف
يا ضيف الله جوز تدفى * رد سلامي لا تخاف
ياك جينا نايضين شرفا * و الله ما نخيبوا الضياف
اجلس هنا بغير كلفة * انزع عليك ذا اللحاف

سبحان الله يا لطيف * أنت اللي تعلم * كاين شي ناس من استحاهم يقولوا خاف
حاسبين كل شي خطيف * غير أجي و زضم * و اللي يبقى مع التوال يقولوا زحاف



يحسبوا الشيخ ما يفيد * عدوه يخرف * ما بين الصبح و العشية و الناس تشوف
يحسبوا الشيخ ما يفيد * عدوه يهترف * قالوا سيفه رشى حفى

و الشيخ أ سامع القصيد * ما زاله يهدف * سيفه براق فالثنية ديما معروف
يحسبوا الشيخ ما يفيد * كالثور الشارف * ارحاوا الموس في الخقا

و الشيخ أ سامع القصيد * ما هوش مكتف * ما هوش غنيمة الضحية ما هوش خروف
يحسبوا الشيخ ما يزيد * شملاله يوقف * كيف ما عملوا ما كفى

و الشيخ أ سامع القصيد * يسكت و يساعف * راهي ما خفات له خفية كل شي مخلوف
ماني محساد لا جحيد * عمري ما نسخف * نمشي و نعيش بالصفا
سبحان الله يا لطيف * أنت اللي تعلم * كاين شي ناس من استحاهم يقولوا خاف حاسبين كل شي خطيف * غير أجي و زضم * و اللي يبقى مع التوال يقولوا زحاف
قسم 5


غنيت شحال من قصيد * منظوم مستف * و الناس جميع عارفة
فني ما هوش مالمسيد * مانيش مثقف * قراني الجوع و الحفا
خبزي مصنوع من سميد * ماهوش مسلف * داري ماهيش تالفة
يشهد القريب و البعيد * ما نيش موالف * نهدر و نقول في القفا
عظمي ماهوش للكديد * مانيش محشلف * أرضي ماهيش ناشفة
الصيد يموت ياك صيد * و لو كي يشرف * منه الذياب خايفة
اللي مقيود ما يقيد * يشد المقذف * في وسط رياح عاصفة
مول المنظوم و القصيد * ما هوش مطرف * من أهل الصدق و الوفا
ولد باب جديد بالوكيد * ببير جبح نحلف * التومي قال مصطفى
و اللي غناها عميد * فيها يتصرف * شيخ العنقا اذا كفى
عام السبعين لا تزيد * من بعد الالف * و البسع ميا مردفة
الجزاير عهدها جديد* سنجاق يرفرف * تميت و قلت بالشفا


سبحان الله يا لطيف * أنت اللي تعلم * كاين شي ناس من استحاهم يقولوا خاف
حاسبين كل شي خطيف * غير أجي و زضم * و اللي يبقى مع التوال يقولوا زحاف





Il était un jeune pigeon gracieux, ô ! toi l'homme d'expérience dont je vais te conter l'histoire et qui, à la fleur de l'âge, au printemps resplendissant, rendu présomptueux par son plumage neuf, vint me provoquer, dégaina son épée et me dit : "Nous avons un différend.
Affronte-moi si tu es de noble naissance et de ceux qui possèdent le sceau du pouvoir.
Montre-moi où t'ont conduit tes solides relations."
Je lui répondis en ces termes :
" Comment peux-tu m'adresser des propos pleins de colère ?
Pourquoi ce courroux et cette fureur ?
On s'imagine que tout est accessible, qu'il suffit d'y faire main basse et l'on traite d'impotent le dernier arrivé."

refrain :
Louanges â Dieu, la bonté même; Toi Seul détiens la connaissance.
Certains prennent pour de la peur le respect qu'on leur témoigne.
Tu ne vins pas à moi pour une question d'honneur, l'air déterminé; c'était par jalousies accumulées; car j'ai fait beaucoup d'envieux.
Je te croyais mon allié et fier de moi; en réalité, tu creusais des fosses me menant à l'abîme.
Quand ce serait de ta part de l'avidité, tu devrais avoir honte.
Tu sais combien de mers j'ai traversées et parcouru de contrées.

Refrain :
Toi avec ton air maussade, toi qui fais les premiers pas en ce monde, [Sache que] tes pareils n'ont connu ni la vie, ni ses joies.
Qu'ont-ils donc pu voir ?
Un jeune pigeon ne doit pas trichera; un ramier expérimenté est capable de fureur.

Refrain :
Ton plumage est (encore) vulnérable, bonté divine ! Retourne-t'en, ou tu le regretteras; ton bec ne peut lutter, tes ailes sont fragiles; ne tiens plus de propos violents qui ne te conviennent pas, ne tiens plus le langage de la colère et du dépit.
Un jeune pigeon ne doit pas tricher - n'est-ce pas ? Retourne à ton gîte et dis à ceux qui t'ont envoyé qu'ils manquent d'éducation.
Tu es un jeune pigeon chétif, n'est-ce pas ? Retourne à ton gîte et dis à ceux qui t'ont envoyé qu'ils manquent d'éducation.

Refrain :
Tel brandit l'épée, jouant au héros, Se vantant sanscessed'être sans pareil, et, si tu restes silencieux et te montres complaisant, il te considère d'emblée comme un âne bâté ou une serpillière.

Refrain :
Tel se présente, tourmenté par la faim, et dévore [tout] à pleines dents.
Rien ne saurait le rassasier, ni cent plats, ni mille louches.

Il désire un trône de nacre et tous les trésors du monde : ors, diamants et argents.

Refrain
Tel se présente, l'aspect brutal, la tête encore pleine d'illusions, le menton encore vierge du rasoir du coiffeur; il se fait porc-épic - inutile de le décrire un forban à moustache qui te brade à la sauvette chez le camelot.
Tel se présente, l'air affable, plein de beaux discours, citant les prophètes, les livres sacrés et tous les chorfa; il t'abuse par des protestations d'amitié, jure par Dieu, glorifie le Créateur, alors que, derrière son chapelet, il trame des complots.

Refrain :
Tel se présente l'air affable, plein de beaux discours, citant les prophètes, les livres sacrés et tous les chorfa, jure par Dieu, glorifie le Créateur alors que, derrière son chapelet, il trame des complots.
Tel se présente en hôte, ses effets empaquetés, dans le froid, la pluie et les sifflements de la bise.
Passe la pluie, passe l'automne, il s'incruste chez toi, devient propriétaire de ta maison et te prend pour domestique.
refrain-riâl :
Oubliant l'affection, après des moments d'amour et de dépit,
le pigeon m'abandonna à mes chagrins, sans raison, sans dispute ni mésentente.
C'est qu'il avait, j'en suis persuadé, une idée arrêtée : j'imagine qu'il a été ensorcelé.



Le faucon, lui, s'envola pour émigrer et s'élancer vers les vastes espaces.
Il laissa son aire vide et disparut à jamais.
Je le croyais mon ami, il s'est détourné de moi; c'était, en vérité, un serpent blotti en mon sein.
Quelle honte ! Quel déshonneur ! Quelle infamie ! Comme vous êtes avides, hommes de mon pays !
Vous ne pensez qu'en termes de carrière et de rentes; vous avez méconnu les bienfaits et manqué de discernement.
Vous ne valez pas la ration d'une bête, ni même une charogne au Marché du Samedi.

refrain-riâl :
Ce n'est ni amitié, ni connaissance, ni parenté, ni alliance.
Un coeur déchiré peut-il redevenir serein ?
Qui vous fréquente court à sa perte !
Qu'est devenu celui qui a cru à la sorcellerie ?
Hôte de Dieu, viens te réchauffer; réponds à mon salut sans crainte.
Nous sommes d'authentiques chorfa, n'est-ce pas ? Nous ne décevons jamais nos hôtes, mets-toi à l'aise, repose-toi et prends cette couverture.

refrain-riâl :
On croit le maître inutile; on le considère comme un radoteur; sa chandelle serait morte, éteinte.
Du maître, toi qui écoutes ce chant, la lumière ne peut disparaître : les gens le constatent du matin au soir.
On croit le maître inutile; on le considère comme délirant, on dit que son épée est usée, émoussée.

Le maître, toi qui écoutes ce chant, est toujours lucide et son épée étincelante reste célèbre dans la contrée.
on croit le maître inutile, comme un vieux taureau : on a secrètement aiguisé le couteau.
Le maître, toi qui écoutes ce chant, ne porte pas d'entraves; ce n'est ni un agneau, ni un mouton promis au sacrifice.
Refrain :
On croit le maître fini, sa vitalité tarie, mais tous les efforts (pour lui nuire) sont restés impuissants.
Le maître, toi qui écoutes ce chant, répond par le silence et la patience.
Rien ne lui échappe; à toute perte il est une compensation.

lstikhbâr:
Je dois rompre avec celui dont la bonté fait défaut; car les principes recommandent de ne pas fréquenter les traîtres.
Jadis, jeune, je les ai côtoyés pensant me lier avec des hommes de bien et patients.
Je les ai pris isolément, et ensemble. pour les éprouver et, pour une vétille ils renièrent mes bienfaits.
Et toutes mes bonnes oeurres, gâchées, s'évanouirent.

Riâl :
J'ai chanté tant de poèmes composés, et les ai agencés (avec un art)dont nul n'ignore que je ne l'ai pas appris à l'école.
Je ne suis pas cultivé, j'ai eu pour maîtres la faim et le dénuement.
Mais mon pain est fait de bonne semoule non empruntée, ma demeure n'est pas inconnue.
Je ne suis ni envieux, ni ingrat; je reste digne et mène une vie honnête.
Les proches et les étrangers peuvent en témoigner : je n'ai pas l'habitude de médire d'autrui ou de calomnier les absents.
Mes os ne sont pas à ronger ! Je ne suis pas stérile ; ma terre n'est pas desséchée.
Un lion demeure un lion; même vieillissant, les loups le redoutent.
On ne peut être mené et mener à la fois, tenir la barre au plus fort de la tempête.
L'auteur de cette composition poétique n'est pas un isolé.
Il fait partie des êtres sincères et fidèles; c'est un vrai fils de Bab Djedid, je le jure sur Bir Djebbah: le poète, c'est Toumi Mostefa; et celui qui a adapté et interprété ce poème est un pilier (de cet art), maître El 'Anqa, en l'année soixante-dix suivant le millénaire et s'ajoutant à neuf cents ans.
L'Algérie est jeune de constitution et son drapeau flotte (au vent).
Ici se termine mon récit sincère.

Il était un jeune pigeon gracieux, ô ! toi l'homme d'expérience, dont je vais te conter l'histoire, et qui, à la fleur de l'âge, au printemps...

pour l ecouter:


  cliquez 


 

 

Commenter cet article

samaritain 16/05/2017 23:12

Merci pour ce travail remarquable

khezedji khereddine 08/03/2017 09:20

c le top des top

toufik zino 25/11/2016 01:23

merci du partage de ce bijoux ..............allah yarhmék yal Hadj

dj 09/09/2016 20:46

c'était ma jeunesse quand j'habitais l'Algérie de Bomédiène
bien que je ne l'aimait pas, finalement c'était un pays bien apaisé
comme quoi, 40 ans plus tard, on change d'avis ;-)

nordine 25/07/2016 02:53

merci pour ce grand travail de traduction.
dommage pour le choix de la couleur du texte mais j'ai trouvé une solution pour le rendre lisible en selectionnant le texte avec la souris. encore merci

sou 27/07/2016 17:40

voila j ai changé la couleur du texte,
merci

hakimnavi 15/05/2015 00:59

ça me rappelle des bons souvenirs merci

tahar.bouchalta@hotmail.fr 01/12/2014 17:17

bien le bonsoir Thérèse . j'aime cette chanson , je te souhaite une bonne soirée . biz mourad

wisa 12/03/2010 09:42


merci pour cette belle chonson ma chere sou
elle me plait enormement la mnt je fais mon travail en l ecoutant bisou et bonne continuation


Nous sommes sociaux !